HCTE COSMOS LA HESTRE : site officiel du club de foot de La Hestre - footeo

D1 Ligue - La revanche du Red Star

20 février 2018 - 12:56

HCTE COS LA HESTRE 5 RED STAR LA LOUVIERE 6 Cos : D’Ermilio, Adamo, El Araïchi (1), M’Bala (3), Mar. Carnoli, Fois, Oubella, Zriwil, Lippolis, Aziz (1) Red Star : Siassia, Vaeremans, Lenoir, J. Trapani (1), Lu. Stalmans (1), Payen (3), Caballero (1), Trussart, Lacroix Défaite interdite pour l’un comme pour l’autre dans ce derby où les Louviérois avaient décidé de laisser la possession à leur adversaire, prenant l’option du contre, en cas de gain de balle. Une tactique parfaitement appliquée dans la mesure où le Red Star file à 0-4. « Je suis un coach heureux car les consignes ont été appliquées du début à la fin », lance Arnaud Siassia qui avait remis les gants pour l’occasion. « Ce fut une première mi-temps catastrophique de notre part, je n’ai pas reconnu mon équipe. Nous avons commis beaucoup trop d’erreurs alors que nous avions le ballon et chaque reconversion offensive de l’adversaire, c’était but », déplore Marco Carnoli. Mais le petit but inscrit avant la pause aura le don de remettre La Hestre en selle, puisque, à la reprise, il va revenir à 3-4. « C’est vrai qu’à ce moment-là, nous avons été quelque peu en difficulté », admet Arnaud Siassia. Mais une rentrée rapidement jouée arrive dans les pieds de Trapani qui redonne de l’air aux siens. Quelques minutes plus tard, c’est Payen qui gagne un ballon dans son camp et file tromper D’Ermilio. Marco Carnoli n’a d’autre choix que de jouer avec un gardien volant mais, après un neuf mètres converti, le 5-6 tomba beaucoup trop tardivement. « Nous n’avons pas fait ce qu’il fallait. J’annonce du changement dès la semaine prochaine car nous avions l’occasion de nous mettre à l’abri mais nous avons fait les c… », reconnaît le joueur-coach la hestrois. « J’espère que ce succès va nous réveiller et nous lancer dans ce second tour, ainsi que j’attends la confirmation face à Anderlecht. Dans tous les cas, je suis un joueur, capitaine et coach heureux », termine Arnaud Siassia.

Commentaires